Page 23 - Preview
P. 23

sur votre vie pour goûter à plus d’amour, de paix, de joie et de liberté dans vos expériences.
Choisir la Conscience
Voici le plus gros dé  du monde actuel. En ef- fet, la majorité des gens vivent sur le mode automatique d’une routine qui les maintient dans une inconscience presque systématique.
Plusieurs d’entre nous en sont arrivés à la conclusion que nous sommes sur terre pour lutter, nous battre, souffrir et espérer ain- si « gagner notre ciel » par notre mérite.
La complainte et la victimisation ont pris le dessus et nous maintiennent dans une impuissance qui n’est en fait qu’un leurre. Nous avons pourtant toujours le choix de nous réveiller et de décider de croire qu’il y a un chemin beaucoup plus facile.
Dans le C.A.R de la J.O.I.E, nous vous aidons à prendre conscience, en douceur de la source de votre mal-être en lien avec vos habitudes rela- tionnelles.
Vous apprenez à découvrir la peur cachée der- rière vos croyances non béné ques qui sont à l’origine de votre douleur émotionnelle actuelle.
Lorsque vous choisissez de devenir conscient, vous voyez plus clair et vous pouvez alors déci- der d’ouvrir, pour vous-même, la porte d’accès de votre cœur, le siège de l’amour véritable, celui qui vous donne le droit d’être VOUS!
Choisir l’acceptation
C’est l’étape la plus dif cile dans le pro- cessus de transformation de nos habitu- des relationnelles. En effet, cette étape nous plaque face au mur dressé par notre ego, l’antre de toutes nos croyances alimentées par nos peurs, le siège du bien ou du mal.
Notre ego croit qu’accepter veut dire que nous sommes d’accord avec ce qui se passe et que nous nous résignons face à la situation.
Notrementalinterprètealorsl’acceptationcomme de la soumission et cela nous maintient dans une impuissance qui augmente notre souffrance.
Pourtant, l’acceptation fait référence à l’amour inconditionnel, celui du pa- rent pour son petit enfant tant désiré.
Accepter, c’est nous autoriser à être des humains en évolution qui font de leur mieux avec ce qu’ils ont.
Accepter, c’est nous donner la permission d’avoir des doutes, des peurs, des faiblesses, des blessures, des croyances, des besoins, des forces qui sont différents de ceux des autres.
Accepter, c’est en dé nitive cesser de se juger et de juger les autres, c’est sor- tir de la culpabilité et de la culpabilisation.
POUR LA LÉGÈRETÉ D’ÊTRE
 • 23 •
À coup de plume - Février 2018
Accepter est dif cile parce que notre ego nous fait croire que c’est un signe de faiblesse, de soumission, de résigna- tion, ou d’abandon de notre pouvoir.
Il n’en est pourtant rien, parce qu’en fait, il ne s’agit pas d’accepter avec la tête!














































































   21   22   23   24   25