Page 52 - ACP Magazine janvier 2018
P. 52

P r la légèreté d’ê e
« Une plaie béante venait de se cica is , c me ça, p  la  âce de l’hypnothérapie. »
santé physique et émotive ! Certaines douleurs ont complètement disparu. Il faut dire que je suis la reine pour soma- tiser mes émotions. J’imagine qu’en pleurant certaines de celles-là, lors de ma séance en hypnose, je me suis libérée de bien des maux...
CE N’EST PAS MIRACULEUX
Je ne vous parle pas d’un miracle... Juste de moi. Moi qui avais, il n’y a pas si longtemps, vraiment peine à marcher sans douleur. Là, si j’ai mal, c’est que je marche plus qu’à l’accoutumée et mes muscles se réveillent, voilà tout !
Ma deuxième séance et deuxième transe hypnotique ce mois-ci s’est super bien déroulée aussi. Ce n’est que quelques jours plus tard que je me suis souvenu de certaines choses plus frappantes.
J’ai également pleuré jusqu’à déborder sur ma blouse ce jour-là. Mais ces pleurs sont si réparateurs, si vous saviez! Je traînais beaucoup de culpabilité relati- vement au dernier souvenir que j’avais de mon père et moi avant qu’il ne meure. Je croyais la chose réglée, mais ce n’était pas le cas apparemment, puisque je me souviens d’avoir vu mon père et de lui avoir demandé de me pardonner.
Ce que j’ai ressenti lorsque, en transe, il s’est approché de moi avec un regard bienfaiteur ne peut se traduire par des
mots. Une plaie béante venait de se cicatriser, comme ça, par la grâce de l’hypnothérapie. J’ai également été capable, pour la première fois de ma vie, de couper le lien toxique qui me liait à une personne que j’aime beau- coup dans mon entourage.
J’ai eu cette force en moi, je l’ai reconnue en moi et j’ai agi avec elle pour couper ce lien. Merveilleux ! Moi qui espérais toujours que cette personne cesse de me traiter comme elle le faisait, j’ai cessé de m’en faire et d’y penser toujours, et je vais désormais de l’avant, libre et heureuse.
Cela fait longtemps qu’on me parle d’hypnothérapie, mais je ne m’y risquais pas, de peur que cela vienne aggraver de quelconques états chez moi. Faire ce choix de me prêter à ces séances, d’abord par curiosité, ensuite par intérêt n’a pas été dif cile pour moi, lorsque j’ai rencontré mon hypnothérapeute pour la première fois.
Je crois que peu importe de quel professionnel il s’agit, il ne suf t pas de regarder ses diplômes au mur pour lui faire con ance. Comme je le dis plus haut ici, je recherche un autre médecin spécialiste, puisque celui que j’ai ne m’est pas sympathique, empathique, et il est avare d’informations. Il est impor- tant de se choisir une équipe en santé sur laquelle nous pouvons compter et qui répondra à nos besoins, mais qui, surtout, saura nous aider réellement.
52
À coup de plume - Janvier 2018
  




















































































   50   51   52   53   54