Denis Roy, poète

Je n’ai pas trouvé la poésie, c’est elle qui m’a trouvé. Sans doute parce que l’écriture n’a jamais été un geste banal pour moi. De ruisseau, mes écrits sont devenu rivière, et aujourd’hui, ma poésie ce fait fleuve, fluide, prêt à prendre le large, traverser des frontières pour rencontrer et raconter les vents légers, les marées fulgurantes, la violence des vagues et celles qui nous transportent, en passant de l’amour à la mort, aux humains, à la femme et à l’enfant.

Je suis capitaine d’un voilier et j’ai le vent dans les voiles. Et si un texte se dessine dans ma tête la nuit, faudra le coucher sur papier avant d’espérer m’endormir.

Laissez un commentaire